Par Ciryle Coplan | novembre 26, 2014 - 1:10 - Classé dans Articles

Bonjour à tous,

Voici un nouvel article sur une nouvelle démo. Celle-ci concerne les jeux vidéo et particulièrement le jeu Candy crush.
Alors cette démo a été faite à l’origine en vue d’une présentation pour un futur client. Malheureusement, et c’est souvent le cas, le créateur avait plusieurs compositeurs et je n’ai pas été retenu.
Voici la petite présentation en image.


Theme 1: Titre: Sucre jaune. Compositeur Ciryle Coplan. Musique déclarée SACEM.
Theme 2: Titre: Sucre Bleu. Compositeur Ciryle Coplan. Musique déclarée SACEM.
Theme 3: Titre: Sucre Vert. Compositeur Ciryle Coplan. Musique déclarée SACEM.
Theme 4: Titre: Sucre Rouge. Compositeur Ciryle Coplan. Musique déclarée SACEM.

Enfin, voici mon Showreal retraçant plusieurs styles de musiques sur support vidéo. En effet, une présentation rapide pour une futur commande vaut mieux qu’un long discourt.

Ciryle Coplan.

Par Ciryle Coplan | novembre 1, 2014 - 11:29 - Classé dans Articles

Bonjour à tous,

Je viens juste de finir cette petite vidéo consacrée à une BD. En effet, je continue dans le cadre de projets particuliers, à faire de petites réalisations accompagnées de musiques tout comme celles déjà réalisées pour des peintres: Mattin Laurent Partarrieu. Hopper. Dali. Pissarro.
Cette fois, cela concerne un projet relatif au travail de Didier Tronchet, dessinateur de son état. Cet album intitulé “Jean-Claude Tergal l’amant lamentable” est publié au édition Fluide Glacial.
Alors, je n’ai pas adapté toute la BD qui elle contient d’avantage de portraits de ce séducteur invétéré.
En fait, cette vidéo contient environ la moitié de ces petites histoires pittoresques (GAG).
Pour l’occasion, j’ai supprimé les bulles des textes à l’origine et je les ai remplacé par des dialogues concoctés à ma sauce. Les bruitages, sound design et musiques sont créés également par votre serviteur.

Titre: BD. Compositeur Ciryle Coplan. Musique déclarée SACEM.

Cette vidéo dispose de l’autorisation de Didier Tronchet, qui a visionné les aventures de son personnage sous un nouvel angle. Je remercie encore Didier, de m’avoir laissé vous présentez cette vidéo sur ce blog.
Alors bien entendu, les voix ne sont pas le résultat d’un travail d’acteurs professionnels. Pour l’occasion, je m’improvise acteur mais demeure pas trop à l’aise dans cet exercice. J’essaierai si l’occasion se présente d’utiliser cette fois-ci, de vraies voix d’acteurs pro.

Voici le site officiel de ce grand de la bande dessinée Didier Tronchet.

Bd de Didier Tronchet au édition Fluide Glacial.

Ciryle Coplan.

Par Ciryle Coplan | octobre 6, 2014 - 1:32 - Classé dans Articles

François de Roubaix est pour moi un compositeur qui m’a accompagné inconsciemment dans mon parcours musical. D’une part parce que, j’écoutais ces musiques sans savoir qui était le compositeur tout comme John Berry d’ailleurs à l’époque, d’autre part, sur sa façon de travailler c’est-à-dire comme créateur musical mélangeant toutes sortes de sons.
Celui-ci est pour moi quelqu’un d’important du fait que c’est un musicien autodidacte et un vrai c’est à dire qui ne structure pas notamment son parcours sur le fait d’avoir fait le conservatoire ou d’avoir pratiqué la musique dès l’âge de 5 ans pour rassurer le spectateur Français ou les producteurs d’aujourd’hui.

Celui-ci est à l’origine de beaucoup de musiques consacrées aux documentaire, aux films, à la télévision, ou encore à la publicité dans les années 60 et 70.
Voici quelques titres qui font rêver: les Chevaliers du ciel que je regardais quand j’étais plus jeune à la télévision, le Samouraï, Les secrets de la mer rouge, La Grande Lessive, le Vieux fusil, ou encore Chapi Chapo, dont le thème me revient souvent dans la tête.

Deux Césars avec: le Vieux fusil (long métrage) et comment ça va je m’en fous (court métrage)

Comme toujours voici deux merveilleux reportages sur ce compositeur hors de commun. On y retrouve sa fougue, sa détermination, son charisme mais surtout sa créativité.

Enfin venez découvrir le site internet dédié à François de Roubaix.

Ciryle Coplan.

Par Ciryle Coplan | octobre 2, 2014 - 1:57 - Classé dans Articles

Bonjour à tous pour ce début du mois d’octobre qui se présente dans l’ensemble assez doux et ensoleillé.
Dans le cadre de cet interview nous retrouvons l’incontournable Stéphane Lerouge, qui fait intervenir dans cette entretien assez cocasse, Philippe Rombi.
On n’y parle d’anecdote sur Nino Rota, de l’influence plus en moins grande du scénario sur la musique de film, des compositeurs à style puis ceux ayant une vision plus éclectique, du montage avec la musique préexistante, de musicologue, de musiques contemporaines etc…
Encore une fois plutôt que de grands discours visionner cette vidéo de février 2009, avec un Michel qui ne mâche pas ses mots.

Ciryle Coplan.

Par Ciryle Coplan | septembre 11, 2014 - 9:59 - Classé dans Articles

Je voulais ce 11 septembre, rendre hommage à ce compositeur de la Nouvelle Vague appelé Antoine Duhamel. Ce dernier a Beaucoup fait dans les années soixante pour la musique de film.
Ayant travaillé pour Godard, Truffaut, Bertrand Tavernier et beaucoup d’autres, sa musique reste gravées à jamais sur ces films.
Nous nous souvenons de Pierrot le fou, La sirène du Mississippi, Baisers volés, Domicile conjugal, l’Enfant sauvage ou encore Tintin et les Oranges bleues en 1964 de Philippe Condroyer . Il a écris plus d’une soixantaine de partitions pour le cinéma.
Cet homme prend ses distances avec sa carrière dans les années 2000. La négligence disait-il à l’égard du compositeur et trop fréquente et souvent ce dernier est considéré comme “ une carpette ”.

Celui-ci a également composé des œuvres symphoniques, des opéras, des mélodies et des chansons.
Il fonde à Villeurbanne dans les années 1980, une école afin de combattre le cloisonnement des genres musicaux (mélanges d’opéra, de musiques traditionnelles, de jazz, et de chanson).
Il reçoit en autre un Césars en 1976, pour Que la fête commence de Bertrand Tavernier.

Je vous laisse découvrir une vidéo dans lequelle on le voit travailler avec des musiciens en 1994, dans le film Belle époque de Fernando Trueba.

Image de prévisualisation YouTube

Voici la musique de Pierrot le fou de Jean-Luc Godard, composée en 1965.

Image de prévisualisation YouTube

Ciryle coplan.

Par Ciryle Coplan | septembre 1, 2014 - 2:00 - Classé dans Articles

Bonjour à tous pour cette rentrée,

J’ai choisi pour ce mois de septembre une interview réalisée par Cinezik. Les deux compositeurs que j’adore humainement et musicalement sont Bruno Coulais et Jean Michel Bernard.
Ces derniers parlent évidemment de leurs actualités de l’époque, mais surtout de leur avis sur le métiers et du rapport constructif avec les réalisateurs. Cette analyse continue avec le budget d’un film, les conditions de travail du compositeur en France, l’internet, le castings de plusieurs compositeurs sur un film etc…
Plutôt que de longs discours; visualiser et surtout écouter ces deux compositeurs français.


Vidéo de Mars 2012.

Ciryle Coplan.

Par Ciryle Coplan | août 7, 2014 - 8:41 - Classé dans Articles

Bonjour à tous pour ce mois d’Août,

Alors pour cette période estivale, je vous ai composé une petite musique à écouter de préférence le soir au bord de la piscine si l’occasion se présente et dans le silence de la nuit. Enfin, être disposé à la pensée vagabonde limite du recueillement…

Bonne écoute à vous et à bientôt pour de nouvelles aventures musicales.


Titre: The life. Compositeur Ciryle Coplan. Musique déclarée SACEM.

Ciryle Coplan.

Par Ciryle Coplan | juillet 1, 2014 - 9:04 - Classé dans Articles

Bonjour à tous pour ce nouvel article publié sur ce blog.

Alors comme je l’ai déjà évoqué dans un autre article la rubrique “Musique de film: un autre regard” n’est plus. Celles-ci a engendré des effets plutôt houleux… Il est vrai que de refaire des musiques sur des films et un exercice facile à faire hors contraintes… Pour ma part, je veux pouvoir aller plus loin dans ma démarche de compositeur.

quels sont les principaux acteurs dans les productions audiovisuelles d’aujourd’hui en matière de musiques de films?

- Les intermédiaires: les nouveaux acteurs sur le marché de l’industrie du cinéma.

Ces derniers peuvent être des agents qui placent leurs propres compositeurs, les éditeurs de catalogue musical, les superviseurs qui eux ont la charge de gérer toute la musique d’un film.

- La synchro: Une facilité qui peut rapporter gros.

Elle a pour but d’utiliser des chansons déjà composées et connues (un peu comme dans la publicité qui a été la première à utiliser ce procédé)

- Le consensus: Un système traditionnel.

Qui lui à pour objectif de garantir aux producteurs une certaine sécurité. D’abords, en faisant appel à des compositeurs de renom mais aussi en garantissant une écriture musicale en adéquation avec leurs œuvres cinématographique. En effet, une musique mal utiliser et c’est le film qui prend une autre direction en matière de narration.

- La musique temporaire (TEMP TRACK) Un procédé inspiré de nos amis américains et Anglo-saxons.

Le réalisateur dans certains cas utilise des banques de sons par thème et au kilomètre afin de donner à son film une couleur musicale bien définie. Le Compositeur généralement dans ce cas intervient pour s’inspirer de ces thèmes et les reproduire à la manière de.

Le Rôle du compositeur aujourd’hui.

Beaucoup de compositeurs se trouvent bien secoués devant cette organisation actuelle de la musique de film.

Comme nous dit Jean-Michel Bernard , “on dit souvent d’une musique qu’elle marche ou qu’elle ne marche pas. Cependant, la question n’est pas là. En effet, la musique doit tantôt s’affirmer, tantôt être en retrait. Dans tous les cas jamais transparente ni redondante”.

Enfin, il y a le style du compositeur! Ce style est bien difficile à définir car souvent confronté aux contraintes du film et du réalisateur.
De plus, l’aspect hexagonale donne des écritures différentes. Par exemple, Les américains font des films proches de leur culture mais reste cependant ouverts à des écritures plus délicates et Oniriques.
C’est en effet, le cas du compositeur Alexandre Desplat, repéré notamment pour son travail avec Jacques Audiard (De battre mon cœur s’est arrêté, Un Prophète, ou De rouille et d’os. Ce qui expliquerait son succès phénoménal notamment en Europe mais aussi aux États Unis.

Par conséquent, être un compositeur aujourd’hui n’est pas chose facile. Beaucoup d’acteurs autres que le réalisateurs gravitent sur la production d’un film. Le Cinéma qui pouvait être qualifié “d’artisanal” autrefois est actuellement non pas une industrie mais un véritable marché ou les choses s’expriment dans la plupart du temps en argent.
Cependant, restons ouvert à l’inspiration qui elle reste encore sur les flots de cette immense mer d’images et d’intérêts.

Faisons confiance aux compositeurs eux-mêmes dans leur démarche artistique et que ces derniers approfondissent leur statut notamment en France.

Ciryle Coplan.

Par Ciryle Coplan | juin 25, 2014 - 9:55 - Classé dans Articles

Voici de nouvelles répliques du cinéma. je réponds à celles publiées il y a déjà quelque temps Répliques avec bien évidemment de nouvelles pour bientôt.

1 – Un petit quidam, ça ne fait pas de vague… Tu tues une baleine, t’auras les écolos, t’auras Greenpeace, t’auras le commandant Cousteau sur le dos ! Mais décime un banc de sardines, j’aime autant te dire qu’on t’aidera à les mettre en boîtes !
Réponse: C’est arrivé près de chez vous de Rémy Belvaux. 1992.

2 – Un intégriste, c’est quelqu’un qui veut que tout le monde pense comme lui. C’est comme un daltonien qui voudrait te convaincre que le monde est rouge parce que, pour lui, le rouge, effectivement, il est vert. Et c’est même encore pire, parce que les daltoniens, ils voient tout en gris!
Réponse: Marius et Jannette de Robert Guédiguiant. 1997.

3 – Ça sent le fraude fiscale. A quoi tu sens ça ? A l’épaisseur de la moquette.
Réponse: Tenue de soirée de Bertrand Blier. 1985.

4 – Comment, Salomon, vous êtes juif ? Et mon oncle Jacob qui arrive de New York, il est rabbin. Mais il n’est pas juif… Ah ! Si ! Pas toute votre famille ? Si. Écoutez, ça fait rien. Je vous garde quand même!
Réponse: Rabbi Jacob de Gérard Oury. 1973.

5 – C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de cinquante étages. Au fur et à mesure de sa chute, le mec se répète sans cesse pour se rassurer : jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien.
Réponse: La haine de Mathieu Kassovitz. 1995.

Cette image est tirée de l'une des répliques ci-dessous.

Nouvelles répliques:

1 – Madame Robinson ne seriez vous pas en train de me séduire?

2 – You’re talking to me? You’re talking to me?

3 – Je sens que j’ai une ouverture…

4 – Je ne suis pas un animal! Je suis un être humain!

5 – Here’s Johnny!

A bientôt pour de nouvelles répliques sur ce blog.

Ciryle Coplan.

Par Ciryle Coplan | mai 15, 2014 - 12:59 - Classé dans Articles

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je veux vous parler d’un compositeur Français connu dans le monde entier. J’ai eu le grand privilège de rencontrer cet immense monsieur il y a déjà quelques années dans le sous-sol de sa maison.
Dans le cadre de cette rencontre, le décor et planté avec quelques pianos qui se regardent et l’on sent immédiatement dans cette ambiance instrumentale des échanges musicaux encore fraichement imprégnés de jazz.
Ce merveilleux compositeur n’est autre que Claude Bolling.

Claude Bolling et le Duke


A cette époque Claude, m’a raconté sa rencontre avec Michel Magne, tous deux embarqués alors dans l’aventure du service militaire. La pratique instrumentale dès lors était consacrée pour chacun d’eux aux percussions.
Claude, m’a fait partager, sa première musique pour les États Unis, sa collection de modélisme de trains anciens, et surtout ses rencontres avec des musiciens célèbres comme notamment Stéphane Grappelli, dont la rencontre interrogative du début s’est poursuivit par un duo fort chaleureux.

Comment vous présenter ce pianiste et ce compositeur célèbre des années 70?

Tout d’abord par ses rencontres aux débuts de sa carrière. Celle de Boris Vian, pour lequel il écrit ses premiers arrangements, celle de la direction musicale d’artistes connus comme: Sacha Distel, Juliette Gréco, Henri Salvador, Brigitte Bardot et bien d’autres encore.
C’est avec René Clément, qu’il commence sa véritable carrière de compositeur de musique de films avec Le jour et l’heure. Mais cette immense artiste signe des musiques des classiques du cinéma comme: Borsalino, Louisiane, Flic Story, Le Magnifique, Le mur de l’Atlantique, Lucky Luke, Trois homme à abattre, La Gitane etc…

Claude chez lui


Pour ma part, je lui avait parlé de mon admiration pour la série télévisée “Les brigades du tigre” dont il me dit qu’elles avaient déjà commencées dans les années soixante. Il poursuit pour la télé avec: La Garçonne, Au bon beurre, Credo, Antoine, et La vie devant soi composée en 2010, et diffusée récemment à la télévision.
Mais Claude, est aussi un grand Jazzman qui mélange les genres et c’est d’ailleurs avec des compositions écrites pour Jean-Pierre Rampal, qu’il connaitra un immense succès aux Etant-Unis. Ce succès se poursuivra avec Alexandre Lagoya, Pinchas Zukerman, Maurice André, Marielle Normdann etc…
Mais ses rencontres sont légendaires comme celles de son ami Duke Ellington, de Count Basie, de Jimmie Luncefor, de Glenn Miller, dont sa musique est grandement inspirée.
Il accueil des chanteurs comme: Joe Williams, Carment McRae, Dee Dee Bridgewater des instrumentistes comme: Willima, le merveilleux trompettiste Dizzy Gellespie, dont la musique m’a bercé dans le cadre des émissions de Jean Christophe Averty, la superbe organiste Rhoda Scott. Enfin, il joua avec Stéphane Grappelli, grand nom du jazz Français. Et oui, le grand Grappelli a joué avec l’extraordinaire Django Reinhardt quelques années auparavant, vous savez ce guitariste hors du commun!

Aujourd’hui, à 84 ans Claude occupe le rôle d’ambassadeur itinérant de la France dans le monde. Ce dernier était également présent au B.O Concert organisé par L’UCMF, en hommage aux musiques de films Français au mois de janvier dernier.

happy birthday


Quelle rencontre et quel bonheur d’avoir pu partager quelques heures avec ce merveilleux compositeur.

Merci encore Monsieur Claude Bolling, pour votre sympathie et pour votre grand talent.

Site internet de Claude Bolling.

Ciryle Coplan.